architecte d'intérieur femme teste couleurs peinture

Que vous soyez un étudiant amoureux de la décoration, amateur des beaux espaces ou passionné des projets d’envergure, le métier d’architecte d’intérieur vous attire peut-être. Souvent confondu avec un décorateur, les deux professions ont pourtant chacune leurs spécificités et leur propre terrain de jeu. Du salaire à la fiche de poste, que savoir sur ces métiers faits pour les passionnés ?

Architecte d’intérieur : le spécialiste des dessins designs et projets de terrain

La confusion entre le métier d’architecte d’intérieur et de décorateur est fréquente. Savoir distinguer les métiers est toutefois essentiel, d’abord pour savoir vers quelle formation vous orienter, mais aussi parce que les deux professions ont des enjeux très différents. Si vous êtes amoureux du dessin et de l’organisation d’espace, c’est plutôt vers le statut d’architecte d’intérieur qu’il faut vous orienter. En exerçant ce métier, vous participez à un projet en agissant tant sur l’esthétique que sur la volumétrie.

Les projets de rénovation ou d’aménagement d’un espace, par exemple, sont à la charge d’un architecte d’intérieur. Celui-ci est formé pour construire des extensions ou encore créer des ouvertures sur des bâtiments. Il est habilité à réaliser des suivis de chantier et à en conduire les travaux. Il effectue des études de faisabilité et dessine des plans d’architectes pour concevoir le projet. Les honoraires, par conséquent, sont souvent plus élevés que pour ceux d’un décorateur.

Si vous aspirez à devenir architecte d’intérieur, vous avez alors un véritable appétit pour les tendances en décoration et en architecture. Vous savez jouer avec les intérieurs, pour moduler les espaces et optimiser, par exemple, les studios minuscules. Maîtrisant les matériaux, connaisseur de la lumière, formé sur les normes du bâtiment, l’architecte d’intérieur laisse parler sa créativité et son originalité.

Que savoir sur le décorateur d’intérieur, pro de la planche déco d’ambiance ?

Ce sont deux qualités tout aussi essentielles au décorateur d’intérieur. Pour autant, ce dernier les appliquera davantage afin de guider un client pour réaménager son logement. Si vous êtes amoureux du conseil et grand passionné des tendances, que vous avez l’œil pour rendre un espace esthétique et confort, c’est cette profession qui vous plaira plutôt. Ici, il n’est pas question de toucher aux structures d’un bâtiment. Un décorateur n’est pas habilité à réaliser une rénovation. Avec une planche déco d’ambiance où il crayonne les espaces d’après ses inspirations, le décorateur réalise un intérieur design.

Pour devenir décorateur, certaines compétences sont à avoir. Les formations mettent en avant, notamment, l’apprentissage des techniques, des tendances et des matériaux à utiliser. Vous apprenez à manipuler les styles, qu’ils soient bohèmes ou modernes, pour créer des pièces au goût du client. Pour cela, vous devez aussi être capable d’harmoniser les espaces et de présenter vos sélections de manière convaincante.

Ses champs d’application peuvent se porter sur des domiciles particuliers, tels qu’un appartement ou une maison, mais également pour du professionnel. Des décorateurs peuvent, par exemple, être embauchés pour réaliser l’aménagement d’un hôtel ou d’un restaurant. Il crée, finalement, l’identité visuelle du lieu. Conseiller esthétique, il coûtera moins cher qu’un architecte d’intérieur.

Quelles prétentions de salaire pour un architecte d’intérieur ou un décorateur ?

La question du salaire est une de celles qui revient le plus souvent. Logique de vouloir savoir à quoi vous attendre avant de vous engager dans une formation ou une carrière. Il est toutefois difficile d’y répondre avec précisions pour ce type de métiers. En effet, les prétentions salariales diffèrent énormément selon le type d’activités exercées.

Dans chacun des cas, vous pouvez opter pour deux statuts : celui de salarié ou d’indépendant. Un décorateur d’intérieur, une fois qu’il aura gagné un peu d’expérience, préfère exercer son métier en tant qu’indépendant. C’est un statut qui lui apporte une totale liberté sur ses projets et, avec les bons appuis, qui lui permet de se lancer plus facilement. Le salariat apporte généralement des contrats mal rémunérés pour un décorateur. En tant que freelance, les gains sont plus avantageux.

Les choses se compliquent pour un architecte d’intérieur, car le salaire varie énormément en fonction de son type d’activités ou, entre autres, de son carnet de commandes. S’il est spécialisé en architecture commerciale ou en aménagement professionnel, par exemple, il peut sembler plus intéressant de rejoindre en tant que salarié une des grosses boîtes monopolisant le marché. Ceux préférant la stabilité et la sécurité d’un CDI, de même, apprécieront le confort du salariat.

Autrement, la profession d’architecte d’intérieur s’exerce tout à fait en tant qu’indépendant. Les tarifs sont libres, bien que des fourchettes équilibrées se trouvent en ligne. Plusieurs types de facturation existent, mais l’idée est de trouver un système qui vous permette de devenir rentable sur le long-terme, sans prendre de charge de travail monstrueuse qui vous épuise. Le tarif d’un projet peut être calculé au pourcentage du prix des travaux, au mètre carré, au taux horaire ou encore en forfaitaire. À titre d’exemple, certains architectes d’intérieurs établissent un minimum de 10 000 € pour leur prestation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *